Comment mettre son site en première page sur Google ?

Cette question, tous les propriétaires de site internet l’ont à l’esprit. Rien d’étonnant, bien sûr. Et pourtant, ce n’est pas évident. Si tout le monde s’intéresse à Google, c’est aussi par le fait qu’il représente à ce jour plus de 90% du trafic. Les autres sources (Facebook, Pinterest, Qwant, Bing…) même si elles sont intéressantes à travailler, n’apportent pas les mêmes résultats.

Je vous détaille ci-dessous les astuces pour vous rapprocher de la première page, et de la première position. Par contre, autant prévenir, ce n’est pas une recette miracle, ces informations sont généralistes et peuvent ne pas être assez puissantes pour passer devant toute la concurrence. Si le but est d’être premier sur cré dit imm obili er avec ces conseils, c’est peine perdu. Soyons réalistes. Des agences, des pros, des entreprises peuvent se permettre de mettre des centaines de milliers d’euros chaque année pour obtenir cette première place. Ce n’est donc pas avec une dizaine de bonnes astuces SEO que vous allez pouvoir lutter.

Référencement naturel « gratuit »

Le référencement naturel s’améliore avec du travail, de la régularité, des techniques et astuces. Cela passe par les optimisations de la structure du site, par l’ajout de contenu de qualité, par l’acquisition de liens, et le travail sur les réseaux sociaux.

Il est gratuit dans le sens où on ne paye pas directement pour acheter le visiteur. Par contre, toutes les étapes pour y parvenir coûtent de l’argent, directement ou indirectement.

Il faut en moyenne 6 mois de travail pour apercevoir les premiers bons résultats. Si le SEA est « immédiat », le SEO est lent.

Des techniques de sioux existent pour gagner du temps. Par contre, faut pas venir pleurer le jour où la sanction tombe, car elle finit toujours par arriver plus ou moins rapidement.

Référencement payant

A l’inverse, le référencement payant est le fait d’acheter des visiteurs. De visiteur lambda à visiteur qualifié et client, tout cela représente du travail et de l’argent. La méthode la plus connue et utilisée est via le service Google Adwords (ads), vient ensuite, Facebook Ads, Twitter, bing, Leboncoin, et toutes les autres plateformes d’achat de publicité en ligne. Cette branche du référencement s’appelle le SEA (Search Engine Advertiser, optimisation pour la recherche publicitaire)

Si les résultats peuvent être rapides et intéressants, l’effet inverse peut se produire également. Une campagne mal réglée peut coûter une fortune et ne pas apporter un seul client, un seul euro. 

Contrairement au seo, dès que l’on stoppe la campagne publicitaire, il n’y a plus de trafic, ou quasi.

Les bonnes pratiques pour développer son SEO facilement

  1. Travailler les mots de son domaine et pas les autres

Les moteurs de recherche n’ont qu’un but, répondre à la demande des internautes et les satisfaire. Ces moteurs ne sont pas là pour vous aider, ni pour donner des visiteurs, mais pour prêter les visiteurs et montrer que leur service est le meilleur. C’est une grande différence tout de même. Ainsi, ces robots se doivent de fournir la réponse la plus adaptée à la demande de l’internaute. Pour cela, énormément de critères, mis à jour régulièrement pour améliorer la pertinence de la réponse au fil du temps. (Je ne vous ai pas perdu ?)

Donc, votre site parle de CECI, vous devez prouver votre expertise sur ce sujet. Il faut du contenu sur ce sujet, sur tout ce qui le concerne.

Chacun de ces contenus doit être soigneusement triés et rangés dans la bonne rubrique (les intercalaires de classeur).

Chacun de ces contenus doit répondre intégralement à ce sujet.

Votre article (ou page) doit s’intéresser à une expression clé et la travailler intégralement. Si besoin, faire d’autres articles pour détailler telle ou telle partie. Des liens seront mis entre les articles pour permettre à l’utilisateur de tout connaitre de ce sujet. Tout cela permet de respecter la sémantique.

Exemple avec un site de vente de thé.

semantique exemple

  1. Respect des balises de titres

Les balises titres, habituellement appelées Hn, ne servent pas à faire joli, à mettre du texte en plus gros, en plus visible. Ces titres et sous-titres sont autant de séparations et précisions pour permettre aux visiteurs et aux robots de suivre le texte, comme des titres de chapitres dans un livre (et former un sommaire).

1 seul H1 par page (le titre de la page)

puis 1 H2 (titre principal de l’article)

puis 1 ou plusieurs H3 (sous-titres)

puis 0 ou 1 ou plusieurs H4

Possible de remettre 1 H2, des H3…

  1. Soigner la présentation textuelle de la page

Encore trop de monde sont dans l’erreur de rédiger et de publier, sans prendre 5 minutes pour peaufiner la présentation. Dommage, votre concurrence le fait peut-être et passe devant vous.

Le titre de la page doit être différent du titre mis dans l’url (l’adresse web).

La petite description (meta description), si elle n’est pas renseignée par vos soins sera prise au hasard (souvent la première phrase) par les robots de recherche. Autant la travailler pour séduire le visiteur.

Concernant les plugins d’amélioration SEO, type Y0ast pour WordPress. Utilisez-les pour renseigner les titres, descriptions et résumés, les photos pour partages sociaux, mais ne cherchez pas à suivre les couleurs des pastilles. Soyez naturel dans votre rédaction, c’est ce qu’il y a de mieux.

  1. Rédiger du contenu de qualité uniquement

On ne copie pas le texte présent sur un autre site ! C’est du vol et c’est puni par la loi. Sérieusement, la sanction peut coûter très cher, et au minimum, vous faire perdre des positions dans les résultats de recherche.

Vous devez rédiger ou faire rédiger du contenu unique et de qualité. Ce texte va prouver votre expertise, va devoir convaincre le lecteur qu’il peut vous faire confiance (et devenir client), va devoir répondre à la demande de l’internaute. C’est du temps, du travail, mais ça paie.

Quel que soit le sujet à rédiger, vous ne devez pas répéter les mots éternellement. Que ce soit le mot principal ou d’autres mots, il faut varier, utiliser des synonymes, etc. Oui rédacteur web est un métier, ça ne s’improvise pas.

  1. Favoriser le référencement des images

Dans votre texte, sur votre page, vous allez certainement glisser quelques images et photos. N’insérer pas des images de plusieurs milliers de pixels tout droit sortie de votre appareil photo. Il ne sert à rien d’envoyer une image de plus de 1000 pixels. 90% des recherches se font sur mobile, donc aux alentours de 400 pixels de large (suivant les modèles). C’est aussi du poids en plus, et une page lourde met toujours plus de temps à se charger qu’une page légère. Le visiteur déteste attendre. En 4 secondes, il doit pouvoir naviguer et consulter la page intégralement.

  1. Renseigner le texte alternatif de l’image

La balise alt, le texte alternatif, sur une image permet aux systèmes destinés aux mal-voyants de traduire l’image. Cela permet également aux moteurs de recherche de comprendre l’image et de la positionner au mieux dans les résultats de recherche. Vous seriez étonné de voir le nombre de personnes qui utilisent la recherche image pour ensuite visiter une page web.

La description de cette balise doit décrire l’image. Glissez vos mots clés, mais pas seulement.

  1. Toujours plus de liens vers vos pages web

La base du calcul de positionnement sur Google est le lien, le fameux backlink. C’est ce qui permet de montrer la popularité de la page. « Si 1000 pages pointent vers telle page, c’est forcément qu’elle est intéressante ». Bon, ok, cela n’est plus tout à fait aussi simple. Il faut surtout des liens puissants (il vaut mieux un lien depuis un gros site que mille liens depuis des sites de faible qualité).

Je vais reprendre un exemple plus parlant. Un bateau.

  • La structure du site forme la coque du bateau
  • Les pages de contenu représentent les voiles (petits ou grandes, peu ou nombreuses)
  • Les liens formeront le vent

Pour avancer vite et loin, il faut du vent puissant et régulier. Pas des petits coups de vent tout faible, ni une grosse bourrasque surprise. Tout cela en ayant assez de voiles pour encaisser et une coque bien fuselée.

Acquisition de liens externes

Au fil du temps, de plus en plus de liens vers les pages de votre site seront créés. De la part des influenceurs, des blogueurs, des avis clients, des réseaux sociaux… Parfait.

Cependant, avant d’en arriver là, il va falloir se faire connaitre, et « amorcer la pompe » comme on dit. Et là, il n’y a pas trop de solutions possibles. Va falloir acheter du lien.

Par pitié, ne faites pas n’importe quoi ! Ne croyez pas au chant des sirènes qui vantent 2400 liens pour 6 euros en 1 semaine. L’acquisition de lien se travaille méticuleusement, avec grand soin. Nous pouvons en parler, en privé.

Travailler les liens internes

Je l’ai annoncé plus haut, vos différentes pages et articles doivent être interconnectés. Si possible pas n’importe comment, mais le principal étant tout de même qu’aucune page ne reste orpheline. Veillez à créer des liens vers des pages apportant des précisions à ce que vous êtes en train de rédiger.

  1. La structure du site doit être optimisée

Le site doit être léger, rapide à charger. Il ne doit pas y avoir de points bloquants, d’anomalie… Vous pouvez rapidement le vérifier grâce à cet audit seo rapide et gratuit.

Https, site mobile, accessibilité, légéreté… tout doit être inspecté régulièrement.

Vous ne croyez tout de même pas remporter la course avec un système boiteux ?

  1. Travailler votre sociabilité

Oui, je sais, je suis un mauvais exemple…

Vous devez vous afficher et participer sur les réseaux sociaux. Pour des résultats assez facile et surtout rapide, il n’y a pas mieux. Et qui sait, vous allez peut-être vous découvrir un don pour l’animation de communauté. Il ne sert à rien d’être sur tous les réseaux sociaux. Retenez et travaillez uniquement celui ou les 3 principaux où se trouvent votre clientèle.

6 + 7 =

Aurelien Groux, Populoweb, indépendant depuis 2011.

  • Amélioration de la visibilité sur internet
  • Création de site internet
  • Rédaction web
  • Maintenance
  • Réseaux sociaux

J’accompagne mes clients à développer leurs activités sur internet et l’univers du digital.